Correcteurs orthographiques : quels

sont les meilleurs logiciels ?

Fautes de frappe, de syntaxe, d’orthographe, confusion de mots, répétitions, pléonasmes, manque de fluidité, ton trop familier… Quel que soit le niveau d’expression écrite de chacun, il n’est jamais vain de faire appel à un correcteur grammatical et stylistique.

C’est une étude qui revient chaque année. Depuis près de trente ans, le niveau d’orthographe des Français ne cesse de baisser. On n’écrit pourtant pas moins qu’en 1990. Au contraire, l’essor de l’informatique, les nouvelles technologies et le développement de nouveaux métiers ont créé de nouveaux usages rédactionnels. SMS, messages instantanés, emails, présentations PowerPoint, blogs, réseaux sociaux témoignent de l’omniprésence de l’écriture dans les milieux professionnels comme dans la sphère privée. Le paradoxe est saisissant et pourrait en partie s’expliquer par le déclin de la lecture, l’abus d’écrans, le milieu social et culturel, l’idée même que l’orthographe n’est plus importante.

Pourtant, les fautes de français sont toujours discriminantes. En février 2019, Le Parisien dévoilait les résultats d’un sondage OpinionWay pour Mon coach Bescherelle mené auprès de deux-cents directeurs des ressources humaines. 52% d’entre eux affirmaient que l’expression écrite pouvait jouer un rôle dans la mise à l’écart de candidatures. 15% estimaient qu’un faible niveau en orthographe avait pu freiner une promotion.

Antidote

Dans l’idéal, il faudrait réviser ses fondamentaux. Mais en attendant de parfaire sa maîtrise de français, il existe de nombreux outils destinés à combler les lacunes de chacun. Ces correcteurs sont aujourd’hui capables de détecter des erreurs complexes comme les fautes d’accord en genre et en nombre, les pléonasmes, les confusions d’homonymes et de paronymes, les faux-amis. Mieux encore, certains sont capables d’analyser la structure des textes et de reformuler les phrases bancales. De simples vérificateurs orthographiques, on passe à des assistants de rédaction fonctionnels qui n’oublient pas de mettre à disposition de leurs utilisateurs les ressources nécessaires au rappel ou à l’apprentissage des règles linguistiques.

Antidote
Antidote est évidemment la référence par excellence en matière de correction orthographique. Mais pas que. L’outil disponible sur Windows, macOS et GNU/Linux s’attaque également aux fautes de syntaxe, aux styles alambiqués, aux barbarismes, aux répétitions et au langage familier. Toutes les erreurs relevées sont justifiées par le logiciel qui suggère systématiquement des éléments de rectification. Il serait alors plus juste d’évoquer un assistant à la rédaction plutôt qu’un simple correcteur automatique.

Antidote

En plus de ses fonctionnalités de base, Antidote embarque une série d’options et de modules qui complètent efficacement sa mission de coach en écriture. Dictionnaires de définitions, synonymes, antonymes, citations, champs lexicaux, conjugaisons sont autant d’aides précieuses qui épargnent quelques allers-retours entre le document rédigé, Google et le bon vieux Larousse qui trône dans la bibliothèque. Autres outils essentiels : les guides de la langue française grâce auxquels on révise facilement quelques règles d’orthographe, de grammaire, de ponctuation ou de typographie oubliées depuis trop longtemps.

Avec un taux de faux positifs très faible, Antidote achève d’asseoir sa légitimité. Néanmoins, en cas de non-reconnaissance d’un terme existant, d’usages répétitifs de mots étrangers ou d’acronymes inconnus, le correcteur laisse à chacun la possibilité d’enrichir un dictionnaire personnalisé.
null
Antidote est une solution commerciale. Il faudra compter 119 euros pour profiter de la dernière version qui comprend le logiciel et son intégration à différents outils comme un navigateur web (Chrome, Firefox, IE, Edge), une suite bureautique (LibreOffice / OpenOffice, MS Office) ou un client mail (Thunderbird, Gmail, Outlook). Ceux qui jonglent régulièrement entre le français et l’anglais trouveront opportun de se procurer le module anglais pour quelques euros de plus. Il est important de savoir que les mises à jour sont payantes.

Rédigé par

GeekDal

Nous sommes des Geeks, Nous parlons Geek et nous publions Geek.